Free access
Issue
Ann. For. Sci.
Volume 48, Number 4, 1991
Page(s) 469 - 482
DOI http://dx.doi.org/10.1051/forest:19910409
Ann. For. Sci. 48 (1991) 469-482
DOI: 10.1051/forest:19910409

Effect of vegetative propagation on field performance up to age 8 of hybrid larch (Larix × eurolepis) clones

LE Pâques and D Cornu

INRA, Station d'amélioration des arbres forestiers, centre de recherche d'Orléans, F-45160 Ardon, France

Abstract - More than 100 clones of hybrid larch (Larix x eurolepis) have been vegetatively propagated by stem cuttings and their behaviour under field conditions been examined in 2 clonal tests up to age 8 and 10 yr. Rooting rate was high (87%) but very variable from clone to clone. Transfer of rooted cuttings from greenhouse to the nursery remained a serious problem. No correlation between ortet vigour (total height at age 2 yr) and rooting ability could be found. Rooted cuttings behaved mostly like seedlings for both growth traits and stem form, at least when taken from young ortets (2 yr old). Age (2 compared to 16 yr) of donor plants seemed to have long-lasting effects (up to age 10 yr) on further growth of ramets. The genetic composition evolution of a fictive multiclonal variety was simulated up to age 8 yr. No major change in the representation of the component clones could be observed.


Résumé - Comportement en forêt à 8 ans de clones de mélèze hybride (Larix x eurolepis) multipliés par voie végétative. Une centaine de clones (expérience 1) et 21 autres clones (expérience 2) de mélèze hybride ont été multipliés végétativement par bouturage horticole et installés à Eclache (Puy-de-Dôme) et à Peyrat-Le-Château (Haute-Vienne). Le comportement des clones en forêt à 8 ans (et 10 ans pour l'expérience 2) a été étudié de manière à vérifier l'intérêt de la voie clonale, et en particulier le bien-fondé de certaines critiques formulées à l'encontre de la multiplication végétative. Il ressort de cette étude que : - le taux d'enracinement global est élevé (87%) mais varie notablement de clone à clone (37-100%). L'acclimatation des boutures enracinées en pépinière reste une opération délicate qui se traduit par des pertes en matériel importantes (± 50%) liées à un système racinaire insuffisant et à des conditions de repiquage sur le terrain trop sévères; - il ne semble pas y avoir de liaison entre la vigueur de l'ortet (sa taille) et son aptitude à l'enracinement; - le niveau de croissance des plants bouturés installés en forêt est très semblable à celui observé pour les plants issus de semis et la qualité de la forme des tiges est comparable, du moins lorsque le bouturage se fait à partir de pieds mères jeunes (2 ans); - l'âge des pieds mères semble avoir un effet durable sur la croissance ultérieure des ramets qui en sont issus. À 10 ans, les ramets issus de pieds mères jeunes (2 ans depuis la graine) conservent un avantage pour la croissance très net par rapport aux ramets tirés de pieds mères âgés (16 ans); - parmi les soucis majeurs posés par la multiplication en masse d'une variété clonale, une dérive- immédiate (lors du bouturage) mais aussi progressive (au cours de la vie du peuplement)-de sa composition génétique limiterait la diversité génétique initiale recherchée avec les risques que cela comporte. Une simulation de l'évolution au cours du temps (jusqu'à 8 ans) de la représentativité de chaque clone dans la variété clonale montre que dans le cadre de cette étude, les risques de dérive sont mineurs et acceptables. L'étude de l'intérêt économique de la voie végétative par rapport à la voie sexuée n'a pas été abordée dans cet article. Le niveau des gains génétiques attendus sera étudié par ailleurs.


Key words: Larix × eurolepis / vegetative propagation / stem cutting / clonal test / hybrid larch

Mots clés : Larix × eurolepis / multiplication végétative / bouturage / test clonal / mélèze hybride