Free access
Issue
Ann. For. Sci.
Volume 48, Number 6, 1991
Page(s) 631 - 640
DOI http://dx.doi.org/10.1051/forest:19910602
Ann. For. Sci. 48 (1991) 631-640
DOI: 10.1051/forest:19910602

The proportion of hybrids in seed from a seed orchard composed of two larch species (L europaea and L leptolepis)

M Hacker and F Bergmann

Abteilung für Forstgenetik und Forstpflanzenzüchtung, Georg-August-Universität, D-3400 Göttingen, Germany

Abstract - The proportion of hybrids in the seed produced in an orchard containing one European larch (Larix europaea) clone used as maternal tree and 271 Japanese larch (Larix lepiolepis) clones used as pollinators was determined by isoenzymatic methods. On the basis of the 2 enzyme systems, Shikimate dehydrogenase (SKDH) and NADH dehydrogenase (NDH), the 2 larch species could be unequivocally distinguished in this case and therefore the proportion of hybrids and selfings (individual and clonal) exactly determined. The genetic control of these enzyme systems was analyzed by means of offspring of controlled (including reciprocal) crossings between one European and one Japanese larch. Five samples of different crop years of the hybrid seeds were examined. The proportion of full seeds ranged from 22-60% and the proportion of hybrids in full seed from 68.6-84.6%, thus showing that this method of producing hybrids is very efficient. A further advantage of the use of 2 enzyme systems is the easier detection of minimum amounts of contamination, which in this case ranged from 1.0-6.7%. The possible influence of the parental genotypes on the genetic structure of hybrids and possible explanations for the origin of the contamination are discussed.


Résumé - Taux d'hybridation dans la descendance d'un verger à graines composé de deux espèces de mélèze (Larix europaea et L leptolepis). Le taux d'hybridation dans les lots de graines produits dans un verger contenant un clone de mélèze d'Europe (Larix europaea) utilisé comme arbre mère et 271 clones de mélèzes du Japon utilisés comme pollinisateurs a été déterminé par voie isoenzymatique. À l'aide de 2 systèmes isoenzymatiques : shikimate déshydrogénase (SKDH) et NADH déshydrogénase (NDH), on a été capable de distinguer clairement les 2 espèces et ainsi de déterminer exactement la fréquence d'hybrides et d'autofécondations. Le contrôle génétique de ces systèmes d'enzymes a été analysé à l'aide des descendants de croisements contrôlés (y compris les réciproques) entre un mélèze d'Europe et un mélèze du Japon. Cinq échantillons de graines hybrides récoltés différentes années ont été examinés. Le taux de graines pleines s'élève de 22% à 60% et la proportion d'hybrides dans les graines pleines de 68,6% à 84,6%, montrant ainsi que cette méthode de production de graines hybrides est très efficace. L'utilisation de 2 systèmes d'enzymes facilite, en outre, la détection de quantités minimes de contamination (1,0-6,7%) dans notre cas. L'influence exercée éventuellement par les génotypes parentaux sur la structure génétique des hybrides, et des hypothèses sur l'origine de cette pollution pollinique sont discutées.


Key words: larch / hybrid / seed orchard / contamination

Mots clés : mélèze / hybride / isoenzyme / verger à graines / contamination