Free access
Issue
Ann. For. Sci.
Volume 53, Number 2-3, 1996
Page(s) 783 - 793
DOI http://dx.doi.org/10.1051/forest:19960254
Ann. For. Sci. 53 (1996) 783-793
DOI: 10.1051/forest:19960254

Genetic inventory of European oak populations: consequences for breeding and gene conservation

S Herzog

Abteilung für Forstgenetik und Forstpflanzenzüchtung, Georg-August-Universität, Büsgenweg 2, 37077 Göttingen, Germany

Abstract - The objective of the present study was to characterize the genetic variation in pedunculate oak and sessile oak populations on the basis of isoenzyme markers and to perform a genetic inventory of European oak populations. The results are discussed with special respect to forest tree breeding and conservation of genetic resources. Previous results on oak genetics, summarized in the present paper, are also discussed. The results reveal a relatively high genetic variation among individuals in terms of actual heterozygosities, compared to other plant species. In addition, intrapopulational variation is large. Genetic differentiation among populations of each species is relatively small in general, with certain exceptions. In contrast to earlier results, which suggest smaller differentiation values for pendunculate oak as compared to sessile oak, the present results indicate an opposite trend. The results presented herein suggest that forest tree breeding and silviculture of sessile and pedunculate oak need to take into account large genetic multiplicities. It seems improbable that we can find single stands representing the whole or nearly the whole genetic variation of the species. This would call for a management which is focused on the in situ maintenance of numerous and sufficiently large, locally adapted stands.


Résumé - Inventaire génétique de populations de chênes européens : conséquences pour la sélection et la conservation de la diversité. L'objectif de la présente étude était de caractériser la variabilité génétique des chênes sessiles et pédonculés sur la base d'une étude de marqueurs isoenzymatiques, et de réaliser un inventaire génétique de populations européennes de ces chênes. Les résultats sont discutés plus particulièrement du point de vue de leurs implications pour les stratégies de sélection et de conservation des ressources génétiques. Des résultats antérieurs sont également résumés et discutés dans cet article. Nos mesures ont révélé qu'en comparaison avec d'autres espèces les chênes présentent une relativement forte variabilité génétique entre individus en termes d'hétérozygotie. La différenciation génétique entre populations de chaque espèce est généralement assez faible, à quelques exceptions près. Nous avons observé que, contrairement à ce qui avait été suggéré antérieurement, un degré de différenciation plus important apparaissait dans l'espèce «pédonculé» que dans l'espèce «sessile». Cette importante variabilité génétique devra être prise en compte pour la sélection et la sylviculture de ces chênes. Il paraît peu probable que nous puissions trouver des peuplements présentant même partiellement l'ensemble de la variabilité génétique de chacune des espèces. Cela devrait mener à une gestion permettant de maintenir en place des peuplements nombreux et suffisamment étendus, adaptés aux conditions locales.


Key words: oak / isoenzyme / genetic variation / gene conservation / breeding

Mots clés : chêne / isoenzyme / variabilité génétique / amélioration génétique / biodiversité