Free access
Issue
Ann. For. Sci.
Volume 55, Number 1-2, 1998
Page(s) 255 - 270
DOI http://dx.doi.org/10.1051/forest:19980115
Ann. For. Sci. 55 (1998) 255-270
DOI: 10.1051/forest:19980115

Evaporation and surface conductance of three temperate forests in the Netherlands

A. Johannes Dolman, Eduardus J. Moors, Jan A. Elbers and Wim Snijders

DLO Winand Staring Centre, PO Box 125, Wageningen, the Netherlands

Abstract - This paper shows the behaviour of evaporation and surface conductance for three different forests in the Netherlands: a pine, larch and poplar forest. Maximum evaporation rates of the forests are similar and approach the equilibrium evaporation rates for large extended surfaces. There is a tight relationship between available energy and evaporation for poplars, less so for pine and larch. Average evaporation declines in the order: poplar, larch, pine forest. Observed maximum conductances follow this trend with the poplar having the highest conductance of 55 mm s-1, the larch intermediate with 31 mm s-1 and pine the lowest 28 mm s-1. Stomatal control was most strong in the pine forest and less strong in the poplar forest. The conductance of all three forests follows a strong near-linear decrease with humidity deficit until 8-10 g kg-1, with a slowly reducing conductance afterwards. For pine and larch the surface conductance reaches the 50 % reduction value already at solar radiation levels of 150 W m-2, while poplar shows a much less rapid increase. The maximum conductance found here for pine corresponds well with previously published values for the same species. The value for the larch and poplar stand are high compared to other published results. This may be due to the relatively long sampling period of the present study, which increases the likelihood of obtaining rare high values. The results also suggest that at the local to regional scale large differences may be found in forest water use. For predicting water yield of forests at this scale, the local variation in water use and stomatal control will have to be taken into account. (© Inra/Elsevier, Paris.)


Résumé - Évapotranspiration et conductance de couvert de trois forêts tempérées aux Pays-Bas. Cet article analyse l'évapotranspiration et la conductance du couvert pour la vapeur d'eau de trois peuplements forestiers aux Pays-Bas : pin, mélèze et peuplier. Les taux maximaux d'évaporation sont du même ordre de grandeur et étaient proches de l'évaporation d'équilibre pour des surfaces importantes. Il existe une relation étroite entre l'énergie disponible et l'évapotranspiration pour le peuplier, et moins forte pour le pin ou le mélèze. L'évapotranspiration moyenne des peuplements est la plus élevée pour le peuplier et la plus faible pour les pins. Les conductances maximales de couvert sont rangées dans le même ordre : celle du peuplier montre la plus forte valeur, 55 mm s-1, celle du mélèze une valeur intermédiaire, 31 mm s-1, et celle du pin est la plus faible, 28 mm s-1. Le contrôle stomatique est le plus fort chez le pin et le plus faible chez le peuplier. La conductance des trois peuplements montre une forte décroissance linéaire avec le déficit de saturation de l'air jusqu'à environ 8 à 10 g kg -1, puis une décroissance plus lente au-delà. Pour le pin et le mélèze la conductance stomatique atteint 50 % de son maximum pour un rayonnement global de 150 W m-2, alors que le peuplier montre une augmentation moins rapide. Les conductances maximales chez le pin trouvées ici correspondent bien aux valeurs publiées. Celles du mélèze et du peuplier sont élevées par rapport aux données de la littérature. Cela est peut-être dû à la longue durée de la période de mesure de cette étude, ce qui augmente la probabilité d'observer des valeurs exceptionnellement fortes. Les résultats montrent aussi que des différences importantes de consommation en eau par les forêts peuvent être mises en évidence, aussi bien à l'échelle locale que régionale. Pour la prévision du bilan d'eau des forêts, il est nécessaire de prendre en compte les variations locales de consommation en eau et de conductance stomatique. (© Inra/Elsevier, Paris.)


Key words: surface conductance / stomatal conductance / evaporation / forest stand / scaling

Mots clés : conductance de couvert / conductance stomatique / evaporation / échelle