Free access
Issue
Ann. For. Sci.
Volume 56, Number 1, 1999
Page(s) 1 - 10
DOI http://dx.doi.org/10.1051/forest:19990101
Ann. For. Sci. 56 (1999) 1-10
DOI: 10.1051/forest:19990101

Validity of leaf areas and angles estimated in a beech forest from analysis of gap frequencies, using hemispherical photographs and a plant canopy analyzer

Isabelle Planchaisa, b and Jean-Yves Pontaillera

a  Laboratoire d'écophysiologie végétale, CNRS, bâtiment 362, université Paris-Sud, 91405 Orsay cedex, France
b  Département des recherches techniques, Office national des forêts, boulevard de Constance, 77300 Fontainebleau cedex, France

Abstract - Using both a Li-Cor Plant Canopy Analyzer (PCA) and the hemispherical photographs technique, we measured the gap fraction in two young beech pole stands of known leaf tip angle distribution. The average contact number at various zenith angles (K(θ) function) was determined and leaf area index was calculated using the method proposed previously. The following cases were examined: 1) data from PCA using five, four or three rings, 2) data from hemispherical photographs, arranged in rings, and divided into azimuth sectors (90, 45 and 22.5°) or averaged over azimuth (360°). These results were compared with a semi-direct estimation of the leaf area index derived from allometric relationships established at tree level. We also compared the G(θ) functions calculated using direct measurements of the leaf tip angle distribution with those deduced from transmittance data. The two indirect techniques gave the same estimation of the gap fraction at all zenith angles. When data were processed using the random model (averaged over azimuth), the PCA and photographs provided the same values of leaf area index, these values being considerably lower than those from allometric relationships (-25 %). When data from hemispherical photographs were divided into narrow azimuth sectors (22.5°), assuming a quasi-random model, the estimate of leaf area index was improved, but remained about 10 % below the allometric estimates. Leaf area index estimated using the random model was found to be 75 % of that estimated using allometric relationships. It is shown that the underestimation of the leaf area index observed considering all five rings on the PCA is due to an inappropriate use of the random model. It is also shown that the increase in leaf area index that was observed when neglecting one or two rings (PCA) was caused by an important error in the estimation of the slope of the function K(θ). We quantified this bias which depends on the leaf angle distribution within the canopy. Errors made on K function by the PCA are often compensated by an arbitrary omission of one or two rings. The consequences of neglecting these rings are discussed, together with the respective interest of both techniques. (© Inra/Elsevier, Paris.)


Résumé - Estimation des surfaces et angles foliaires dans une hêtraie par deux techniques indirectes : la photographie hémisphérique et le Plant Canopy Analyzer. Nous avons mesuré la fraction de trouées dans deux gaulis de hêtres en utilisant deux techniques différentes : la photographie hémisphérique et le Plant Canopy Analyzer de Li-Cor (LAI-2000). Le nombre moyen de contacts dans plusieurs directions zénithales (fonction K(θ)) a été déterminé, puis l'indice foliaire a été calculé en utilisant la méthode proposée par Lang [14]. Nous avons effectué ce calcul pour : 1) le PCA (Li-Cor), en utilisant trois, quatre ou cinq anneaux, 2) les photographies hémisphériques subdivisées en anneaux concentriques puis en secteurs azimutaux de 360, 90, 45 ou 22,5°. Les résultats ont été comparés à une estimation semi-directe de l'indice foliaire basée sur des relations allométriques à l'échelle de l'arbre. Les deux techniques indirectes fournissent la même estimation de la fraction de trouées dans chaque anneau. Lorsque les données sont traitées avec le modèle aléatoire, le PCA et les photographies donnent la même valeur d'indice foliaire, laquelle est nettement plus faible que celle estimée par allométrie (-25 %). Lorsque les photographies sont traitées en prenant en compte l'hétérogénéité directionnelle de la fraction de trouées dans chaque couronne (traitement par secteurs azimutaux de 22,5°), l'estimation de l'indice foliaire est meilleure, sans toutefois atteindre la valeur obtenue par allométrie (-10 %). Notre étude confirme que la sous-estimation fréquemment observée en utilisant le PCA avec cinq anneaux s'explique par l'utilisation inadéquate du modèle aléatoire. Sur un plan théorique, nous montrons que l'omission d'un ou des deux anneaux inférieurs, lors du traitement des données PCA, amène un biais dans l'estimation de la pente de la fonction K(θ). L'erreur commise dépend de la distribution d'inclinaison foliaire. Dans le cas très fréquent d'une distribution planophile du feuillage, l'erreur commise par l'omission arbitraire d'un ou plusieurs anneaux est globalement compensée par la sous-estimation d'indice foliaire due à l'utilisation du modèle aléatoire. Nous discutons des conséquences du mode d'exploitation des données, et de l'intérêt respectif des deux techniques utilisées. (© Inra/Elsevier, Paris.)


Key words: LAI-2000 Plant Canopy Analyzer / hemispherical photography / canopy structural parameters / tree allometrics / beech / Fagus sylvatica

Mots clés : Li-Cor LAI-2000 / photographie hémisphérique / structure du couvert / relations allométriques / hêtre / Fagus sylvatica