Free access
Issue
Ann. For. Sci.
Volume 60, Number 7, October-November 2003
Technical, Environmental and Economic challenges of Forest Vegetation Management
Page(s) 725 - 732
DOI http://dx.doi.org/10.1051/forest:2003066
Ann. For. Sci. 60 (2003) 725-732
DOI: 10.1051/forest:2003066

Effects of soil surface disturbances after logging on plant functional types

Hélène Gondarda and Marc Deconchatb

a  Centre National de la Recherche Scientifique, Centre d'Écologie Fonctionnelle et Évolutive, UMR 5175, 1919 route de Mende, 34293 Montpellier Cedex 5, France
b  Institut National de la Recherche Agronomique, BP 27, 31326 Castanet-Tolosan, France

(Received 10 July 2002; accepted 2 June 2003)

Abstract - Soil surface disturbances after logging influence plant species diversity. To estimate these effects, the objective of the present study was to test three hypotheses: (1) each soil surface disturbance type is characterized by a group of plant species that emerges following the disturbance, (2) each emergent group of plant species has distinct, recognizable biological traits, (3) in two different bio-geographic plant communities, each soil surface disturbance type is characterized by the same set of biological traits. We present results from Atlantic oak (Quercus pubescens Willd., Q. robur L. and Q. petraea (Mattuschka) Liebl.) coppices and natural Mediterranean Aleppo pine (Pinus halepensis Miller) forests of southern France. Both studies use the same methodology based on a typology of soil surface perturbation 1-3 years after logging combined with a vegetation inventory. Plant functional traits (morphological, life history and regeneration), not necessarily linked with taxonomic attribution, were used to constitute putative functional groups to allow comparison between the two studies. Results were similar in the two studies and confirmed the working hypotheses.

Résumé - Effets des perturbations de la surface du sol dues à l'exploitation forestière sur la diversité végétale. Les perturbations de la surface du sol dues à l'exploitation forestière sont susceptibles d'agir sur la diversité végétale. Pour estimer ses effets, l'objectif était de tester trois hypothèses : (1) chaque type de perturbation de la surface du sol est caractérisé par un groupe d'espèces qui se présente après la perturbation, (2) ces groupes d'espèces ont des traits biologiques distincts, (3) dans deux communautés bio-géographiques différentes, chaque type de perturbation de la surface du sol est caractérisé par les mêmes traits biologiques. Nous présentons les résultats obtenus dans le cas de taillis de chênes (Quercus pubescens Willd., Q. robur L. and Q. petraea (Mattuschka) Liebl.) de la région atlantique et des forêts de pin d'Alep (Pinus halepensis Miller) de la région méditerranéenne du sud de la France. La méthodologie, utilisée dans les deux études, est basée sur une typologie des perturbations de la surface du sol dans les trois premières années qui suivent l'exploitation forestière combinée avec des relevés de végétation. Des traits fonctionnels (traits morphologiques, d'histoire de vie et de régénération), sans attribution taxonomique particulière, ont été utilisés pour permettre une comparaison entre les deux études. Les résultats étaient similaires dans les deux études et confirment les hypothèses.


Key words: plant species / logging / soil surface disturbance / life traits

Mots clés : diversité végétale / exploitation forestière / perturbation de la surface du sol / traits de vie

Corresponding author: Hélène Gondard gondard@cefe.cnrs

© INRA, EDP Sciences 2003