Free access
Issue
Ann. For. Sci.
Volume 62, Number 3, April-May 2005
Page(s) 237 - 244
DOI http://dx.doi.org/10.1051/forest:2005015
Ann. For. Sci. 62 (2005) 237-244
DOI: 10.1051/forest:2005015

The influence of different overstory removal on planted spruce and several broadleaved tree species: Survival, growth and pine weevil damage during three years

Magnus Löfa, Robert Paulssonb, Dan Rydbergc and Nils Torkel Welandera

a  Swedish University of Agricultural Sciences, Southern Swedish Forest Research Centre, PO Box 49, 230 53 Alnarp, Sweden
b  PO Domaregatan 7C, 256 59 Helsingborg, Sweden
c  Regional Forestry Board South Götaland, PO Box 234, 291 23 Kristianstad, Sweden

(Received 5 February 2004; accepted 7 July 2004)

Abstract - The influence of different overstory removal on herbivory by the pine weevil to seedlings was studied in a field experiment. Four overstory treatments with middle aged Norway spruce in combination with or without insecticide treatments were applied. Seedlings of the following seven tree species were planted in each of the four blocks: Acer platanoides L., Fagus sylvatica L., Fraxinus excelsior L., Picea abies L. (Karst.), Prunus avium L., Quercus robur L. and Tilia cordata Mill. The seedlings were monitored through the 2001-2003 growing seasons. Highest survival was found among seedlings planted in the overstory treatments with 15 and 20% light in the understory, whereas best diameter growth in seedlings was found in the clearcut. Overstory trees of Norway spruce decreased herbivory from pine weevil considerably among underplanted seedlings, and the pine weevils fed significantly more on planted Norway spruce seedlings than on all broadleaved tree species. The following rough preference order was obtained: (1) Norway spruce >> (2) beech and oak > (3) ash, cherry, lime and maple. The influence from the insecticide treatment was minor. Therefore, during the conversion of Norway spruce monocultures into mixed species stands using overstories, the use of insecticides against pine weevil is not needed.


Résumé - Influence de différentes suppressions de l'étage dominant sur des plants d'épicéas et de plusieurs espèces de feuillus : survie, croissance et dégâts par le charançon des pins pendant trois ans. L'influence de différentes suppressions de l'étage dominant sur l'herbivorie du charançon des pins sur des jeunes plants a été étudiée dans une expérience sur le terrain. Quatre traitements de l'étage dominant sur des épicéas de Norvège d'âge moyen, combinés ou non avec des traitements insecticides, ont été appliqués. Des jeunes plants des sept espèces d'arbres suivantes ont été plantés dans chacun des quatre blocs: Acer platanoides L., Fagus sylvatica L., Fraxinus excelsior L., Picea abies L. (Karst.), Prunus avium L., Quercus robur L. et Tilia cordata Mill. Les plants ont été suivis durant les saisons de croissance 2001-2003. Le plus haut taux de survie a été trouvé chez les plants plantés dans les traitements de l'étage dominant avec 15 et 20 % de lumière dans le sous-étage, alors que la meilleure croissance du diamètre chez les plants a été trouvée dans la coupe à blanc. Les arbres à étage dominant de l'épicéa de Norvège ont diminué considérablement l'herbivorie du charançon des pins au niveau des plants sous-plantés et les charançons des pins se sont significativement plus nourris sur les plants d'épicéas de Norvège que sur toutes les espèces de feuillus. L'ordre de préférence sommaire suivant a été obtenu : (1) épicéa de Norvège >> (2) hêtre et chêne > (3) frêne, cerisier, tilleul et érable. L'influence du traitement insecticide a été mineure. C'est pourquoi, durant la conversion des monocultures d'épicéas de Norvège en groupes d'espèces mixtes utilisant les étages dominants, l'utilisation d'insecticides contre le charançon des pins n'est pas nécessaire.


Key words: forest restoration / forest transformation / insect damage / regeneration / shelterwood

Mots clés : restauration des forêts / transformation des forêts / dégâts d'insectes / régénération / forêt de protection

Corresponding author: Magnus Löf magnus.lof@ess.slu.se

© INRA, EDP Sciences 2005