Free access
Issue
Ann. For. Sci.
Volume 61, Number 7, October-November 2004
Page(s) 705 - 710
DOI http://dx.doi.org/10.1051/forest:2004069
Ann. For. Sci. 61 (2004) 705-710
DOI: 10.1051/forest:2004069

Diversity of ectomycorrhizal symbionts in a disturbed Pinus halepensis plantation in the Mediterranean region

Khalid El Karkouria, b, Francis Martinc and Daniel Mousaina

a  UMR INRA-ENSA.M Sol et Environnement, Équipe Rhizosphère et Symbiose, 2 Place Viala, 34060 Montpellier Cedex 1, France
b  UMR CNRS 6026 Interactions Cellulaires et Moléculaires, Université de Rennes 1, Campus de Beaulieu, bâtiment 13, 35042 Rennes Cedex, France
c  UMR INRA-UHP Interactions Arbres/Micro-Organismes, INRA-Nancy, 54280 Champenoux, France

(Received 10 September 2003; accepted 3 March 2004)

Abstract - Ectomycorrhizal diversity (ED) associated with Pinus halepensis trees was examined 1.5 years after outplanting at a fire-disturbed site of Rieucoulon (Hérault, France). ED analysis was examined on non-inoculated and Suillus collinitus-inoculated plants, and on naturally regenerated trees. A total of 461 single ectomycorrhizas was typed using PCR-RFLP analysis and sequencing of the internal transcribed spacer (ITS) of the nuclear rDNA. Twelve ITS RFLP-taxa were detected. The ectomycorrhizal fungus S. collinitus (ITS RFLP-taxon 1) was the most abundant (45.8-59.7%) species in the three treatments, suggesting that it is a strong ectomycorrhizal competitor in this site. S. mediterraneensis (ITS RFLP-taxon 2) was restricted to control and naturally regenerated trees and was unequally moderate (11.7-31.9%). The remaining below-ground ITS RFLP-taxa were uncommon and rare (0.0-9.6%). The current experimental P. halepensis plantation showed a species-poor community dominated by two Suillus species. Ecological strategies of these symbionts are discussed.


Résumé - Diversité ectomycorhizienne dans une plantation à Pinus halepensis. La diversité génétique des ectomycorhizes de plants de P. halepensis a été examinée une année et demie après introduction dans un site incendié de Rieucoulon (Hérault, France). Cette diversité a été caractérisée à l'aide du polymorphisme de fragments de restriction (RFLP) et du séquençage de l'espaceur interne transcrit (ITS) de l'ADN ribosomal nucléaire. Trois traitements ont été examinés : des plants témoins, des plants mycorhizés avec Suillus collinitus et des plants en régénération naturelle. Au total, 461 ectomycorhizes ont été soumises au typage moléculaire. Douze ribotypes d'ITS ont été détectés. S. collinitus (ribotype 1) est l'espèce dominante (45,8-59,7 %) dans les trois traitements suggérant une forte capacité de colonisation dans ce site. La présence de S. mediterraneensis (ribotype 2) est limitée aux plants témoins et aux autres issus de la régénération naturelle et sa fréquence est modérée (11,7-31,9 %). Les autres symbiotes ectomycorhiziens sont rares (0,0-9,6 %) et leur abondance diffère d'un traitement à l'autre. Cette étude révèle une faible diversité des symbiotes ectomycorhiziens dans la plantation à P. halepensis ; elle est dominée par deux espèces du genre Suillus. Les stratégies écologiques de ces symbiotes sont discutées.


Key words: Pinus halepensis M. / plantation / ectomycorrhizal diversity / PCR-RFLP-sequencing / rDNA (ITS)

Mots clés : Pinus halepensis M. / plantation / diversité des ectomycorhizes / PCR-RFLP-séquençage / ADNr (ITS)

Corresponding author: Khalid El Karkouri khalid.elkarkouri@univ-rennes1.fr

© INRA, EDP Sciences 2004